Ai vu ce matin, collée contre une palissade et à la dimension d’une affiche, la photo de cet extraordinaire visage qui m’avait tant secoué (et me secoue toujours autant, même intensité, même trouble dans mon corps et ma raison) lorsque je l’avais découvert, au détour d’une page, illustration pour une publicité, ce visage qui est celui de V***, ce visage, mais son expression surtout, qui est exactement celui qui hante

mon opéra inachevé !

Qui est-elle ?