Je viens de regarder la quatrième et dernière partie du documentaire britannique La guerre du siècle, 1944-45 : l’armée rouge repousse les Allemands, Staline en profitant pour faire le ménage chez lui et faire déporter en Sibérie plusieurs centaines de milliers de personnes de peuples ethniques, puis accuse de trahison, avant de les faire déporter en la même Sibérie, les prisonniers de guerre russes qui se sont fait attraper et n’ont pas su mourir pour la patrie, puis s’octroie tout le mérite de la victoire reléguant sur le côté le véritable auteur, Joukov, avant de le faire muter à Odessa. Un gros con qui a toujours son nom dans les dictionnaires : pourquoi ne suis-je pas né bout de granit au sommet de l’Everest ?