Nous avons regagné sa voiture, j’ai rapproché la mienne. D’un bout à l’autre du parking, la cohue, la folie de milliers de personnes qui cherchent toutes à sortir en même temps. Bouchons à toutes les sorties. Pas moyen d’aller prendre un verre en attendant, tout fermait. Alors, nous sommes montés dans ma voiture et avons partagé un gros ravier d’une sorte de macédoine mayonnaise accompagnée de tranches de saumon et de pain. Réveillon. Dommage que nous n’ayons rien eu à boire…

(Une fois le ravier englouti, nous sommes repartis. Il n’y avait plus que nous sur le parking…)