Avons parlé de choses et d’autres avant d’en arriver au journal qu’elle venait de lire. Qu’elle trouve plat. Qui lui a laissé de mauvaises impressions au sujet de l’Angleterre, soit : que je me serais ennuyé chez ses parents. Ce qui est faux. C’est pourtant l’impression que laisserait ce que j’en ai relaté. De là, cette question : pourquoi le journal n’a-t-il pas reflété ce que j’ai véritablement ressenti et pensé ? et pourquoi ai-je écrit ce que j’ai écrit plutôt qu’autre chose, soit pourquoi ne reste-t-il de ce séjour que des mots qui donnent à penser que je m’y suis ennuyé ? En d’autres termes : à quoi sert le journal dans ces moments-là ?