À l’angle de la rue du Collège et de la Grande-Rue, où je m’étais arrêté avant d’emprunter la seconde. Une voiture que je laisse passer et, au moment où j’embraye, un type sur le trottoir qui m’appelle et me demande en désignant ma voiture : « Tu ne la revends pas ? »