Il arrête de regarder, il ne peut aller plus loin « parce que c’est trop beau ». C’est étonnant, encore que je comprenne cette attitude qu’il m’est arrivé d’adopter avec un livre, par exemple. J’arrête, je ne sais plus où j’en suis…