Nous sommes à table, parlons de choses et d’autres. Susan en vient au fameux Anglais qui va venir passer un mois en France pour parfaire son français. Susan m’avait demandé si cela m’intéressait de lui donner des cours de français moyennant rétribution. J’ai dit non. Puis il a été question de l’héberger. J’ai dit non. Elle avait trouvé des personnes disposées à l’héberger et à le chaperonner. Hier, elle m’apprend que ces personnes se sont désistées et qu’il allait venir à la maison pour un mois et que l’idéal était qu’il prenne ma chambre.