Aux Lisières l’autre jour, moi : « J’ai énormément aimé les Pages oubliées. » Elle : « Oh oui, qu’est-ce que c’est bien ! » Moi : « Ah, tu l’as lu ? » Elle : « Non, mais je l’ai feuilleté. Et puis, c’est Leroi-Gourhan ! »

(Paradoxe : être libraire parce qu’on aime les livres et la lecture – les deux n’étant pas forcément liés – et n’avoir pas le temps de lire.)