Un regard sur les clips de MCM. Les mêmes qu’il y a 20 ans. Les mêmes « négresses » (et ici ce ne sont pas des Noires) qui affichent exhibent, cambrent et projettent dans des éclats de sueur et de mousse (ah les belles images !) de beaux clins d’œils phalliques. Je dis à Susan : « Qu’est-ce que c’est que ces filles qui encore aujourd’hui acceptent un si triste déballage de la chair à la gloire de la queue du mâle ? » (en substance) « Pourquoi pas ? Elles sont jeunes, jolies, aiment montrer leur corps, sont vivantes, jouissent de leur vie. » (en substance) Pourquoi pas, après tout. Finalement, il faut peut-être ça pour que le reste ait de l’importance…