Je viens de passer plus d’une heure à mes kanji, à en répertorier une petite dizaine de nouveaux avec, toutes les trente secondes, l’envie de pleurer.