En faisant le ménage de mon bureau, j'ai découvert, dans un vieil étui poussiéreux, quelques stylographes dont j'ignore tout de l'origine. Tel celui-ci, à l'aide duquel je trace ces lignes et qui, ma foi, avec sa grosse plume, a l'air de convenir à la pression de ma main et à mon écriture. Il est extrêmement léger. C'est un Waterman. D'où sort-il, je l'ignore, mais selon toute apparence, il m'a l'air de mieux fonctionner que le CROSS que j'utilise depuis la perte fatale de mon précédent stylographe qui a dégorgé tant d'encre violette sur de précédentes pages. Adaptées à celui-ci, des cartouches Pelikan qui traînent dans mon tiroir d'ustensiles et d'accessoires de bureau divers depuis quelques années. Voilà peut-être ce qui manquait : un stylographe idoine. Adapté à mon écriture.

L'encre s'étale bien, la plume s'écarte parfaitement,

se plie à merveille à la pression de mes doigts.