17 h 30, je termine le grec tandis qu’au-dessus de moi, dans la salle de la cantine, les médaillés secouent leur carcasse au gré de musiques bêtes et avilissantes.