Cyril me fait écouter Le train fatal version Raoul. Grotesque.

J’ai même risqué le mot « vulgaire » qui, une fois n’est pas coutume, s’appliquait parfaitement à ce que j’ai entendu…