Elle est montée m’embrasser, et tout s’est envolé. Elle se plaignait du dos et de son état fiévreux pas tout à fait achevé ; elle a tout de même tenu à aller à Tournai, à la Bourse aux Livres, comme prévu. Comme je m’y attendais (c’est un collègue qui m’en avait parlé), il n’y a rien à moins d’un euro cinquante. J’y ai tout de même acheté deux Anouilh pour moi, dont Fables chez Folio.

 

8 février 2015