Ce matin, j’ai repris Fables. Je l’avais entamé à mon bureau, il y a quelques jours, en me donnant pour règle d’en livre une par jour ; ça a fait long feu. J’en ai lu quelques unes avec ma première cigarette. C’est plaisant, amusant ; l’Anouilh à venir se fait sentir (ce n’est pas daté, mais l’avant-propos d’Anouilh est de 1961). Il y en a une quarantaine qu’il aurait toutes écrites en un été (lequel ?). (Qu’est-ce qui me fait croire qu’il s’agit de textes de jeunesse ?)

 

16 novembre 2015