14 h 30. J'entame Ornifle. Je le lis et en même temps je pense à ce que je vais « devoir » en dire tout en sachant que je ne pourrai rien en dire ; alors, je m'efforce de lire simplement, de goûter simplement sans penser à rien d'autre qu'à lire et au plaisir que j'en tire. Car que puis-je dire d'Anouilh ? éternelle question que je me pose à chaque fois que je lis une de ses pièces, question sans réponse, du moins dans l'immédiat de la lecture, question que je laisse au hasard de résoudre, un jour, peut-être, où ça viendra de soi sans que j'aie à me casser la tête pendant la lecture (au fait, qu'en dit François Chalais dans son livre ?). Et au fait encore : Anouilh metteur en scène, ce que j'ignorais encore il y a quelques jours, jusqu'à ce que je découvre ce titre intrigant dans Télérama : Les deux sous de violettes, titre qui, pour je ne sais quelle raison, me fait m'arrêter au nom de son auteur. William me l'a enregistré ; je pourrai le découvrir la semaine prochaine...