J’ai marché un peu dans le village avec une relative facilité, nous avons pris un café à la terrasse du café de la Paix en attendant l’ouverture de la pharmacie. Tout le monde s’apprêtait à partir lorsque nous sommes rentrés (mais j’ai l’impression que Jeanne n’est pas partie – je viens d’entendre un bruit). Je me suis installé dehors pour tenter de poursuivre Un sultan à Palerme que j’avais entamé hier (étrange coïncidence : on dirait la suite des Croisades – que du reste je n’ai pas encore achevé ; il serait peut-être bon que je le fasse d’abord au cas où il y aurait des recoupements).

 

30 avril 2014