J’ai ouvert ce fichier à cette heure, et alors que la liesse petit à petit s’estompe, prend du large, de la distance, qu'il ne reste plus que quelques derniers acharnés et autres retardataires, pour mettre mes lectures à jour. Quelques livres empilés devant moi, ce dont je m’étonne vu le peu d’intérêt que j’y ai porté – à la lecture – depuis quelques semaines. Le premier est Besson duquel je tire le marque-pages en espérant que rien ne s’y est inscrit. Non seulement il est comble, mais en outre c’est parfaitement illisible. J’ai passé une bonne dizaine de minutes à déchiffrer les premières lignes dont la rédaction pourtant n’est pas si vieille, deux semaines tout au plus. Voici ce qu’elles disent :