Après avoir déposé les courses, je suis reparti marcher dans le quartier et, puisqu’il me fallait un but, je suis allé à la recherche du bar Al Merca dont m’avait parlé Sylvette : « une petite place près du marché ». J’y suis allé, San Polo, Madoneta, puis Rialto, le marché, et j’ai cherché et je n’ai rien trouvé. Il a été l’heure de ma cigarette, je l’ai allumée, puis fumée en me dirigeant vers San Toma, puis San Barnaba. Je suis passé devant ma librairie coutumière dont j’ai oublié le nom. En vitrine, il y avait Eco. Je l’ai acheté, avec Notturno Indiano pour Léo et City de Baricco pour moi. Puis je me suis senti fatigué. J’ai rebroussé chemin, ce chemin que je commence à si bien connaître, et presque à trop connaître.

 

6 décembre 2010