Avant-hier, alors que nous nous apprêtions à partir pour Courtrai, Laura a sorti un livre de son sac et me l’a tendu : « Je ne l’ai pas terminé, tu peux le prendre si tu veux. » C’est Dialogos Borges Sabato, en espagnol, il est à ma droite… (En pensant à mon incapacité à parler avec Romero, j’ai failli le refuser ; mais : « c’est plus facile de lire que de parler », ai-je dit ; et je l’ai pris.)

 

18 janvier 2014