Je viens de regarder Empire du soleil, film tiré du livre de Ballard. J'étais particulièrement curieux de voir ça, d'autant que dans les premières scènes Ballard lui-même y tient un petit rôle (du moins, y tiendrait, car point de Ballard ; ou alors joue-t-il le rôle du piano)... J'ai été très agréablement surpris par cette vision. L'esprit y est bien rendu et ça reste raisonnablement fidèle au livre... Mon grand plaisir a été de voir de visu (?) toutes ses images chères et dont le livre est truffé...
Empire du soleil est la relation de son enfance à Shanghai durant la dernière guerre et se présente comme le résumé et le condensé de toute son œuvre à venir... Toutefois, en voyant le film, je me suis demandé si effectivement son enfance avait été marquée de tous ces signes et images qui plus tard feront naître l'œuvre – c'est ce que j'ai pensé à la lecture – ou si, au contraire, il n'avait pas romancé un peu abusivement ce récit exact de son enfance et ne l'avait pas marqué de ses obsessions qui, aux yeux de l'enfant, n'existaient pas. Je continue à croire à la première version, qui me satisfait davantage, et qui me paraît plus juste d'autant qu'il a beaucoup parlé de l'impact qu'a eu pour lui cette période de sa vie ; la question reste néanmoins posée... Au fait, les images : la piscine vide, bien sûr, mais aussi le poids des endroits désertés, les carcasses d'avions, la fascination du vol (aérien, bien sûr), les coupures de journaux... et cette image finale étonnante où l'on voit rassemblés dans un stade tous les biens dont on a dépossédé les familles anglaises huppées de Shanghai et au milieu desquels, désormais prisonnières, elles déambulent. Cela s'est-il vraiment passé ainsi ?... Quoi qu'il en soit, voilà qui m'incitera à relire le roman ; en anglais, cette fois.

12 juillet 1990