Qui ne vaut que pour sa curieuse jaquette. Pour le reste, il s'agit de chroniques pied-noir (souvenirs d'enfance, certainement) dont je ne sais vraiment que dire, ni que faire. Citer l'exergue, je crois, résumera tout :
À mon père, que pour moi, c'était plus que mon père....
On en a tant vu à toutes les sauces...

31 octobre 1997