J’ai achevé ce matin Montesquiou et je m’étais dit que le genre biographique semblait me convenir assez bien. J’ai pensé à celle, biographie, de Zita. Je l’ai survolée. Ça ne m’a pas accroché. En le remettant à sa place, j’ai avisé Mauvais genre(s). Que j’ai entamé tout en évitant soigneusement de porter le regard sur la photo des cent morceaux. C’est du reste de cette photo qu’il s’agit dans l’introduction, photo, je l’avais su par Françoise, qui avait fasciné Bataille au point qu’elle ne le quittait jamais. J’en ai entamé les premières pages. Puis, le joignant à la cassette de Monteiro, je suis allé me glisser dans le froid du lit emmitouflé dans ma fine robe de chambre, celle-là même que j’ai encore sur le dos alors que j’écris. Il ne fait pas si froid que je l’imaginais.

 

12 avril 2004