16 h 30. Légèrement vaseux. Me traîne un peu. Peu disposé à la lecture, ou au piano, ou à l’écriture. Je viens de consulter le livre que Patricia m’a offert hier, Mauvais genre(s). Art. Le corps, le sexe, violence, mais le sexe principalement, mutilation, mortification, et cette image en ouverture, que je n’ai pu regarder longtemps (quelque chose a bougé dans mes viscères), le supplice des cent morceaux appliqué à un homme autour duquel sont groupés des Chinois. C’est bien en Chine que ça se passe (mais où sinon ?), début XXe sans doute (je n’ai pas vérifié). À cet homme, debout, attaché sans doute, manquent les bras et apparaissent les côtes. Son visage est figé dans une drôle d’expression (drôle !). On ne sait dire s’il est mort ou vivant. Vivant sans doute car ce ne pourrait être un supplice s’il mourait avant l’ablation du 100e et dernier morceau. Raffinement. Le plus inquiétant, c’est qu’un jour, quelqu’un a imaginé ce supplice, y a passé beaucoup de temps pour le mettre au point, pour déterminer le nombre de morceaux (quelle règle ?) et l’ordre dans lequel ils devaient être prélevés. Qu’avait cet homme (ou ces hommes) en tête à ce moment-là ? (Et je pense à l’instant à Mirbeau.) J’imagine des discussions, des controverses quant à la nature des morceaux et à l’ordre. À quoi cela répond-il ? (Mais il y a bien eu son équivalent en Occident.) Je crois que ça va au-delà du châtiment, de la punition. Et puis, outre les concepteurs, il y a les bourreaux et le public. Qu’y avait-t-il dans la tête de ces gens qui justifiait de tels actes ?
(Le présent convient tout aussi bien.)

 

1er janvier 2004