Je lis Bergman, comme c’est drôle. Il fallait désengorger la bibliothèque et la vidéothèque. Mais, dans un premier temps, la vidéothèque complètement asphyxiée. Comment faire ? Une amorce de solution m’est apparue en considérant le meuble à deux rayonnages (étagères ?) qui figure sous la fenêtre de ma chambre. Y est entreposée, précédant quelques ouvrages divers au rebut, la première partie de ma boutique, soit les livres de science-fiction et quelques livres d’ordre général. J’ai pensé qu’il pouvait être judicieux de les déplacer et de les mettre à la suite de la seconde partie, soit au faîte de la partie de la bibliothèque qui constitue le corridor, et les remplacer par DVD et cassettes concernant le Japon (et ainsi les images rejoignaient les écrits du petit coin japonais). Mais j’avais un peu surestimé leur nombre et ils elles n’occupent guère d’un dixième de l’espace. Le problème n’était pas résolu. J’ai décidé alors de combler cet espace de vidéos en vrac pour ne laisser en priorité dans la vidéothèque que les noms favoris, Godard, Guitry, Wenders, Rohmer,