Je l’avais feuilleté il y a quelques jours, j’en ai lu certaines choses ce soir, dont une interview. J’ai toujours eu une certaine tendresse pour Boltanski, sans, en définitive, vraiment le connaître (quelques expositions de l’époque des ombres, puis des portraits et des lumières, mais qui m’avaient frappé). Tout son travail sur lui-même, faux souvenirs, éléments de fausse autobiographie, ne peuvent que me toucher et faire naître une vague envie : j’aurais pu être amené à faire ces choses et d’une certaine manière j’y ai songé à la lecture du texte de Modiano qui parle par instant d’une époque qu’il n’a pas connue, mais dont il est l’un des personnages. L’idée d’utiliser d’anciennes photos de moi m’était passée par la tête. Quelques minutes plus tard, j’ouvrais le Boltanski.

 

12 octobre 2005