Je l’ai achevé. Borges, dans la postface, parle de contes, de fables ; reste très allusif (je le vois sourire). Je ne sais qu’en dire, comment l’analyser, mais, en définitive, ça me plaît. Il faudrait que je relise L’Aleph et Fictions

 

13 juin 2017