Marque-pages, crayon gris :

- p. 6 :
Vue de Florence, Vasari, qui a dû servir pour la création
de l'imaginaire Barmi ;
- p. 16, 18, 20 :
le visage poupon au regard ensommeillé qui appartient sans doute au même modèle.
Je trouve ce visage, et son expression, très « modernes ».
Il me fait irrésistiblement penser à celui et à celle de quelqu'un de ma connaissance.
Mais qui ?
p. 22 :
légende de L'Adoration des Mages, celle de 1475 : «
 Dans la foule des adorateurs, nous reconnaissons (?) sur la droite Botticelli, qui regarde l'observateur, comme il était alors courant de le faire quand il s'agissait d'un portrait d'artiste. » L'usage était plutôt d'y représenter le commanditaire, le mécène ou un quelconque autre protecteur.
- p. 33 :
sur le plan de la ville de Rome, cette inscription : « bel videre », en latin,
soit : « beau voir », d'où, sans nul doute, le « belvédère »...
- p. 30 :
la magnifique Annonciation de 1411
(Marie, pleine de grâce, che tant bella quì !) ;
- p. 35 :
scène de sacrifice : le personnage féminin à droite, préfiguration du Printemps
(et le curieux « chérubin » à ses pieds – et qui se niche, en haut, à gauche, nu,
face dans les bois ?)
- p. 46 :
vespa, la guêpe de Vénus et Mars.

26 avril 1997