Prêté par Gérard avec Les Jours heureux de M. Grishka de Gerber. Gerber dont je pense énormément de bien et que je ne suis pas loin d'aimer vraiment. Ainsi que Brautigan. Et ces deux bouquins tombaient à pic. Et comme ils étaient tous deux courts, je les ai lus dans la journée (après une brève hésitation, réticence de lire des livres prêtés, qui le sont dans la majorité des cas par Gérard, qui d'ailleurs le sait, mais s'évertue tout de même à m'en rapporter d'autres que je finis toujours par accepter et par aimer puisqu'il sait que ça me plaira, et dès lors je peste puisque je dois les lui rendre en sachant que je ne pourrais les acheter, soit parce qu'ils sont récents donc chers, soit parce qu'ils sont introuvables, et il est arrivé plusieurs fois qu'il m'en fasse cadeau, car en plus d'avoir du goût, il est adorable – bonjour Marcel !). Et bien sûr, j'ai aimé ces deux livres, et les ayant aimés, j'aimerais les voir figurer dans ma bibliothèque, ce qui ne sera pas puisque je dois les lui rendre (m'en fera-t-il cadeau ?).

16 mai 1990