LE BULLETIN

(Journals)

- IX -

16 mai -15 juin

(extrait)

 

Ai vu Gabriel hier en compagnie d’Elizabeth. Ils remontaient la rue Henri Kolb, très près l’un de l’autre. Il avait sur le visage un sourire que je ne lui connaissais pas. Lorsqu’il m’a vu arriver dans sa direction, il s’est très légèrement écarté d’elle. Bonjour, bonjour. Quelques banalités sur la vie courante, en grande partie imposées par la présence d’Elizabeth. Puis nous nous sommes quittés. Après quelques pas, je me suis retourné. Il s’est retourné en même temps et durant une seconde, j’ai cru voir de la colère dans son regard...

Elle ne connaissait pas le Boulonnais. Alors, je l’y ai emmenée. C’était hier : Audresselles, Cap Gris Nez, Audinghen, Cap Blanc Nez et pour terminer, il y a longtemps que je me le promettais, longtemps que je le lui avais promis, La Grande Marée, Zuydcoote, repas dans la véranda, face à la plage... Violent orage sur la route entre Dunkerque et Calais, puis l’accalmie au Cap, comme un fait exprès. Ciel encore un peu couvert, mais belle lumière, très belle lumière. Puis retour du soleil au sommet du Blanc-Nez où je n’étais pas allé depuis près de 20 ans. Magnifique. C’était proprement magnifique. Puis, entre Calais et Dunkerque, violent orage de nouveau, et, comme un fait exprès, accalmie en arrivant à Zuydcoote à 20 h 30. Belle lumière, beau coucher sur la mer (mais pas de rayon vert). Nous étions seuls dans la véranda...