« Le style qui parle à la fois au bon sens, à l’esprit et à l’imagination est préférable à celui qui ne parle qu’au bon sens. Le poème de Télémaque me tombe sous la main ; à l’ouverture du livre, je lis ces mots qui commencent la description de la grotte de la Déesse : “ De là, on découvrait la mer, quelquefois claire et unie comme une glace. ” Ce début est noble, il est précis ; le bon sens est certainement satisfait, mais l’esprit ne l’est pas, et l’imagination s’endort. Un léger changement va tout réparer. Mettez à la place : “ De là, on découvrait la mer, quelquefois claire et unie comme une glace à la crème. ” Dès lors, l’esprit sourit, l’imagination se réveille, un rapport heureux nourrit et multiplie l’idée. Le mot « glace » devient un foyer d’où s’élancent deux rayons divergents. Le bon sens ne s’éloigne pas du rayon qui l’éclaire, et l’imagination s’égare avec celui qui lui plaît. »