Les Presses de la Cité, 1947. Ayant appartenu (voir ex-libris) à un certain Ernest Poo d’Esch-sur-Alzette, tampon de forme circulaire appliqué trois fois : sur la jaquette ; sous le titre en troisième page ; en page 253, soit la dernière du texte dont il semble être le point final.
Il se présente ainsi :

Le « C 16 » apparaît les trois fois et est écrit à l’encre noire un peu passée et à la plume. Si cet ouvrage appartient bien à un particulier, et tout semble l’indiquer, que signifie cette indication qui est du domaine de la classification et du répertoriage ? Donc, de la bibliothèque, j’entends de la bibliothèque publique. Sa bibliothèque avait-elle (ou a-t-elle) les dimensions d’une bibliothèque publique ?… Ce livre est une curiosité. Je ne le lirai jamais. Mais je le conserve, ne serait-ce que pour sa très belle jaquette. Un petit extrait, p. 85 :
«
 Je me demande aussi comment elle va être à la lumière du jour, et si elle paraîtra aussi bien. Il y a un tas de mômes qui ne sont pas aussi bien de jour. Il leur faut des lumières tamisées, de la musique douce et tout ce qui s'ensuit. Je suis curieux de voir comment cette poupée-là va tenir le choc sous la lumière froide et pénétrante de onze heures et demie du matin, cette heure ensorceleuse où la petite mère Gueule-de-bois sévit au maximum, comme ne manquait jamais de le remarquer Shakespeare, Confucius, ou je ne sais quel autre auteur de scénarii d'antan. »

26 octobre 1997