Cela a commencé mercredi où elle s'est rendue à la chapelle et a obtenu du prêtre qu'il brûlât les linges de l'autel et une branche de buis qu'elle avait apportée et préalablement bénie.

Les cendres furent recueillies et durant le court office à elle seule réservée (le diocèse étant redevable de sa famille de multiples et conséquents dons sous enveloppes cache-tées) lui furent apposées sur le front suivant le traçage de la croix, rituel de ce mercredi des Cendres, premier jour du Carême.

La Cendre est le symbole de la pénitence et de la dissolution du corps ; le Carême – si tant est que l'on puisse l'assimiler à un symbole – celui de l'abstinence et de la privation : durant quarante-six jours, entre le Mardi-Gras, veille des Cendres, et le jour de Pâques (et à l'exception des dimanches), le fidèle se doit d'appliquer le jeûne à l'imitation du Christ qui le pratiqua avant de commencer son ministère apostolique.