Avant de prendre la route des Zattere, je me suis arrêté chez le bouquiniste de Zenobio ; il était fermé. En vitrine, il y avait un Casanova erotici que j’aurais aimé feuilleter… (Quelle allure aurait Venise sans touristes ? Il faudrait décréter une saint Touriste, un jour par an où tous les touristes et étrangers – même moi – seraient interdits…)

 

21 septembre 2013