LE LIVRE(T)

 

LES JOURNALS

 

 

 

Il disait : Regardez les lys des champs : ils n'ont jamais filé. 

Ronaldo Rogério
(Cordel de la fin du travail, p. 9)