C'est ma mère, il y a des mois de cela,

qui m'en avait recommandé la lecture.

Elle avait insisté pour que je le prenne.

« J'ai tellement de choses à lire, maman ! » Elle avait insisté davantage encore, et j'avais fini par le prendre. Depuis, il traîne sur la tablette du bureau de Susan, recouvert par le gros Jourdain et quelques exemplaires de la Petite Illustration série théâtre, et, dessus encore, l'exemplaire de La Monadologie de Leibnitz (à Sébastien), en cours depuis des mois et que, de même, je ne parvenais pas à poursuivre et à achever.

Hier, j'ai fait le ménage de cette tablette où reposent en outre une paire de lunettes de soleil, l'appareil Minolta de l'album de famille, un doigt de plastique, une lime à ongles, un flacon d'essence à briquet. C'est ainsi que je suis retombé sur Chalais dont j'avais complètement oublié l'existence.