Dans quelques heures, nous partons pour Taverny où habite Jef. À l’aube, nous irons à l’aéroport attendre Léo de retour d’Extrême-Orient ; puis Clémentine, Wilhelm et Vera nous rejoindront chez Jef… Éléonore me dit que nous devons apporter des cadeaux à tout le monde. J’ai pensé offrir à Clémentine un livre en relation avec Cendrars dont nous avons parlé à maintes reprises dans notre correspondance. J’ai pensé à L’Or que j’ai un double exemplaire (dans deux éditions différentes), mais elle l’a certainement déjà lu. Puis j’ai eu la surprise de retrouver parmi les Cendrars un énigmatique Forêt vierge d’un non moins mystérieux Ferreira de Castro. La particularité de cet ouvrage est qu’il a été traduit du portugais par Cendrars… L’ex-libris est du 4 avril 1995 et je n’en ai fait aucune mention dans le site, étrange… Mais vais-je réussir à me séparer de ce très bel ouvrage rare ? Et il serait peut-être plus judicieux de le conserver pour un événement plus important, son anniversaire, par exemple… Mais pourquoi faudrait-il un événement particulier pour un cadeau ? (Je viens de l’emballer…)

(Ce qui est étrange, c’est que Castro soit avec Cendrars et non à sa place entre Cassinari et Cavanna – il me semble avoir douté, à l’époque, de l’existence de cet auteur et m’être imaginé qu’il s’agissait d’un pseudonyme de Cendrars.)

 

11 mai 2012