Il a été trop tard pour entamer quoi que ce soit et j’étais trop fatigué, trop énervé. J’ai décidé d’aller me glisser sous les draps. Auparavant, je suis allé choisir un livre dans la souffrance. J’ai attrapé un polar de Chase, de ceux que Susan m’avait bizarrement rapportés d’une braderie, que je suis allé glisser dans mon sac. Je suis allé dans la chambre où j’ai tourné en rond […] et me suis accordé une dernière cigarette en entamant le Chase. Quelle idée de lire cela ? Mais suis-je capable d’autre chose, d’une autre lecture ?

16 juin 2004