XVIIe, François Timoléon de Choisy qui entre dans les ordres à 18 ans pour, deux ans plus tard, « prendre la fuite » et vivre, durant 15 ans, sur l’héritage que lui a laissé sa mère. Il joue, il se travestit, séduit, sous ses déguisements, des belles dames… C’est très mal écrit, c’est d’une invraisemblance totale. En même temps, il y a dans cette sorte de perversité niaise (du moins telle qu’elle est relatée), quelque chose d’attrayant et de gai, voir ses coucheries, lui vêtue en dame, avec des oies blanches qu’il initie au plaisir (et elles n’y voyant que du feu !).

Sorte de Bellino retourné, en somme

(mais on se gardera bien de confondre les deux !)…