J’ai entamé Les nourritures affectives, mon premier Cyrulnik. Je n’y apprends rien, ça ne m’intéresse pas. Il lit les livres des autres, y grappille ce qui l’intéresse, en fait son propre livre dont pour l’instant (p. 80) je ne tire rien ; j’ai l’impression de lire une compilation