Marche dans Trastevere, rues un peu retirées pour aboutir à l’île Tiberina, minuscule, que je voulais voir. Retour sur nos pas pour tomber sur une librairie d’occasion tenue par une Anglaise où j’achète Un altare per la madre, de Camon, que je possède et ai lu en français il y a quelques années ; c’est le seul Camon que j’ai trouvé sur place. Puis Il Papa Re où nous sommes…

 

23 février 2003