Je voulais lire, je devais lire. Parmi les livres mis en ligne, il y en avait un de Cyrulnik. Je n’avais jamais rien lu de lui (en vérité, je ne le connais que de nom et pensais même qu’il était anglo-saxon). Je l’ai entamé pour m’apercevoir au bout de deux pages qu’il s’agissait d’un essai. Je n’avais pas envie d’un essai, mais d’une histoire. Je l’ai refermé.

 

22 septembre 2015