Que je connaissais en français, et que j'ai relu, cette fois en anglais, avec néanmoins un égal plaisir (avec tout de même, parfois, quelques difficultés avec la langue – vocabulaire, notamment : Durrell n'est pas toujours « simple »)...
J'y relève quelques réflexions sur l'amour, l'une d'elles ayant déjà été utilisée dans Emma.
En voici d'autres :