Géant cette après-midi, dans le néon blafard, la cohue des soldes, dans l’amoncellement de la marchandise cheap en provenance d’Asie. J’achète mes sticks de café, les dominos pour installer le radiateur demain chez maman, puis un livre de queue, Les Figurants de Daeninckx, qu’effectivement j’ai pu entamer en attendant mon tour. Je l’ai achevé au salon après le repas. Une histoire cinématographique dont le décor principal, tiens donc, est Lens et ses environs (le dessinateur, dans cette édition de Librio illustrée, a même reproduit la gare et l’Apollo). Ça se lit bien, jusqu’à la fin un peu bâclée et légèrement consternante. Mais ça manque tout de même de vigueur, et le style est pour le moins agaçant. Il s’efforce de faire du style, descriptifs, images qui tombent un peu à plat. C’est laborieux, Pour tout dire, on dirait un texte de débutant. Bon, mais débutant tout de même.

 

13 janvier 2007