Livre scolaire de 3e, 1936. Dont la particularité, outre son iconographie, alternance de dessins à la Vallotton et de photos, est la présence, à l'image des guides, de cartes pliantes encollées. Quatre au total (il en manque une, malheureusement), richement colorées : l'Europe actuelle, l'Europe des langues, l'Europe de 1914. L'on invite l'élève à comparer l'Europe actuelle (1935) avec celle de 1914. En l'occurrence, l'élève c'est moi. Et c'est ce que je fais, je compare. Et c'est ainsi que je constate avec stupéfaction que je ne sais rien. Ainsi que je suis mis face à ma propre ignorance : j'ai peine à croire qu'il y a 80 ans l'Europe avait cette figure, que l'Autriche-Hongrie était encore si étendue et si puissante, que la Pologne, à l'instar de ces autres pays engloutis ou occultés par l'Empire, n'existait pas, qu'il n'y avait ni Syrie, ni Irak, que l'URSS n'était encore que la Russie ! Le contraste est frappant, saisissant et je me fais tout à coup l'effet d'être une sorte de créature ectoplasmique, produit d'un monde annexe, découvrant en touriste béat une terre dont elle n'a jamais entendu parler. C'est très étrange... (Image d'une carte largement déployée sur une table au-dessus de laquelle sont penchés des hommes, qui en redessinent les contours, s'en octroient telle ou telle part avec des courbettes et des mondanités, et au gré de leur fantaisie...)
Texte « Europe
actuelle »...