Mais en fait l’auteur est Paul Delair puisque précise le sous-titre :

Comédie en quatre actes et en prose d’après Shakespeare

Curiosité.

Que je ne lirai pas et dont je ne pourrais faire la comparaison avec l’original pour l’instant. Et je me pose la question suivante :

que signifie d’après quelqu’un ? Et comment un autre en devient-il l’auteur ?

Le fait qu’il l’ait traduit – encore que rien, sinon la logique,

n’indique que ce soit lui – en fait-il l’auteur ?…

C’est de 1959 à la Librairie Théâtrale des Éditions Billaudot, Paris.

Qui, outre ce texte intrigant, propose en 2e de couverture des disques de bruit (sic) et en dernière page la vente de Moustaches, barbes, perruques.

Parmi lesquelles l’on peut trouver un bouc en cheveux sur élastique à 200 F, une marquise blanche à 690 F, une perruque « vieux beau » à 640 F, une autre perruque Bourvil au même prix, et pour clore, un nez caractère et d’ivrogne pour 22 F… En 3e de couverture : tout l’appareillage électrique pour les scènes et en 4e, les fards marque Yamilé (la meilleure marque française) dont les fonds de teint (ivoire rachel foncé, terreux pour vieillard,…), le mastic pour faux nez, la crème à démaquiller, le crayon pour lèvres, le crayon de bois pour le fard, la vaseline… (14, rue de l’Échiquier, Paris Xe)

Cet exemplaire porte le tampon de l’École Normale d’Instituteurs à Coutances dans la Manche. Les trajets que sont amenés à parcourir les livres durant leur existence m’ont toujours laissé rêveur…

 

26 janvier 1998