Légère oppression, palpitations, mes mains me font toujours souffrir. J’ai conduit Éléonore à la clinique sud pour le retrait de ses broches (« ablation » dit l’une des infirmières). Elle était en hôpital de jour, elle a eu une chambre pour se préparer comme pour une intervention plus sérieuse : bonnet, chaussons, blouse, slip. Je suis resté une heure avec elle, puis suis parti faire des courses. Lorsque je suis revenu, la chambre était déserte. J’ai attendu à l'intérieur (assis dans le fauteuil médical et j’ai essayé de m’imaginer dans une chambre d’hôpital où je serai le malade) avec la suite de la grille de mots croisés que j’avais entamée auparavant, puis La mer noire jusqu’à m’apercevoir que ça ne m’intéressait en rien, qu’il s’agissait d’une énième chronique familiale d’émigrés, géorgiens en l’occurrence. Le style à tendance moderne (ruptures de phrases, phrases courtes) n’y a rien changé. Je ne le lirai pas… (Au retour, je l’ai mis en vente.)

 

18 novembre 2013