15 h 00, après la frayeur habituelle au décollage. Paysages enneigés sous nous (Alsace, Vosges, Rhin ?). J’ai entamé The Visitation of the Plague, mais j’avoue que je n’y porte guère d’attention (attraction du hublot, l’appréhension, malgré tout). Au-dessus des nuages, il fait beau. Je crois que je préfère les moutons de cette altitude aux maisons à portée de main (impression qu’à cet endroit, entre blanc et bleu, rien ne peut arriver). Mon voisin de droite, qui n’avait l’air pas très rassuré au décollage, lit Le Parfum en néerlandais. Susan lit City de Philip Boast, histoire de Londres, « encore une » pour reprendre ses termes.

 

28 décembre 2001