13 h 15. Nous sommes toujours dans la cour de l’Arsenale. Éléonore s’ est mise à lire, je lis aussi. J’ai entamé Carte false, sous-titré « lettere apocrife ». Je ne comprends pas de quoi il s’agit : une lettre de Victoria, une autre de Bach à sa fille, un texte concernant Clementi et Dahl. Je relève tastiera qui doit être un clavier.

 

22 juin 2009