Je découvre avec étonnement que ces trois textes datent de l’entre-deux-guerres ; j’étais persuadé qu’Edogawa était d’après-guerre